Les additifs alimentaires conduisent les enfants à mal se comporter

additifs-enfants
additifs-enfants

L’irritabilité, les accès de colère, le trouble oppositionnel avec provocation, l’agitation et des difficultés d’endormissement sont les principaux effets sur le comportement des additifs alimentaires.

Mais les parents se rendent rarement compte que les produits chimiques alimentaires peuvent être associés à de nombreux autres effets, y compris se disputer avec leurs frères et sœurs, faire des bruits stupides, un retard de langage, l’anxiété, la dépression ou des difficultés de concentration. Les enfants qui ne consomment pas d’additifs sont généralement plus calmes, plus heureux et plus coopératifs.

Les additifs utilisés dans des centaines d’aliments et de boissons pour enfants peuvent provoquer des crises de colère et un comportement perturbateur, ont découverts des chercheurs. Les chercheurs ont constaté que les enfants aussi jeunes que trois ans étaient plus susceptibles de manquer de concentration, se mettre en colère, interrompent les autres et avoir du mal à s’endormir quand ils ont bu du jus de fruit plein de colorants et de conservateurs. Les additifs alimentaires comme ceux-ci doivent être retirés de tous les aliments, mais surtout des aliments et des boissons de tous les jours qui attirent, et sont destinés, aux enfants. Même les jeunes sans antécédent d’hyperactivité peuvent être affectés.

Contrairement à ce que pensent de nombreux parents, les additifs – de manière plus importante que juste le sucre – sont à blâmer pour les problèmes de comportement. Les réactions sont liées à la dose, de sorte que plus les enfants mangent d’additifs, plus ils sont susceptibles d’être affectés.

A quels additifs avons-nous besoin de faire attention?

En savoir plus sur les colorants alimentaires sur les sites Additifs-Alimentaires.net et Les-Additifs-Alimentaires.com qui traitent des risques de cancer, des dommages génétiques, et des réactions allergiques dus aux additifs.

Voici quelques-uns des additifs alimentaires dont vous devriez vous préoccuper:

Colorants artificiels

E102 tartrazine, E104 Jaune de quinoléine, E107 Jaune 2G, E110 Jaune orangé, E122 Carmoisine, E123 Amarante, E124 Ponceau 4R, E127 Erythrosine, E128 Rouge 2G, E129 Rouge allura, E132 indigotine, E133 Bleu brillant, E142 Vert brillant, E151 Noir brillant, E155 Brun chocolat, E160b Roccou (dans les yahourts, les glaces, le popcorn etc, le 160a est une alternative saine)

Conservateurs

200-203 sorbates (dans la margarine, les gâteaux, les produits à base de fruits)
210-213 benzoates (dans les jus, les boissons gazeuses, les sirops, les médicaments)
220-228 sulfites (dans les fruits séchés, les boissons aux fruits, les saucisses, et beaucoup d’autres)
280-283 propionates (dans le pain, les gâteaux, les produits de boulangerie)
249-252 nitrates, nitrites (dans les viandes transformées, comme le jambon)
Antioxydants synthétiques (dans les margarines, les huiles végétales, les aliments frits, les snacks, les biscuits, etc.)
310-312 gallates
319-320 TBHQ, BHA, BHT (306-309 sont des alternatives sûres)
Exhausteurs de goût (dans les craquelins aromatisés, les snacks, les plats à emporter, les nouilles instantanées, les soupes)
Glutamate, 621-627, 631, 635, inosinate, guanylate disodique, ribonucléotides

Certains additifs alimentaires sont pires que d’autres. Voici une liste des additifs alimentaires à éviter le plus:

La liste rouge des additifs à éviter

Mais qu’est ce que je peux manger maintenant?

Recherchez des aliments sans additifs, des aliments bruts et biologiques: des fruits et légumes bio, de la viande bio ou du label Bleu-Blanc-Coeur, nourris à l’herbe, du poisson de pêche, des fruits à coque non salés.

Renseignez-vous pour trouver une AMAP près de chez vous. Les AMAP sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique. Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance.

Recherchez des producteurs de fruits et légumes et de viande bio près de chez vous. Il est possible de bénéficier de bons prix quand on achète en gros. Certains fruits et légumes se conservent longtemps en cave ou au frais et la viande peut se conserver pendant des mois au congélateur. Une autre option est de se ravitailler en fruits et légumes chez un grossiste bio en les achetant à plusieurs.

source:https://www.sante-nutrition.org/les-additifs-alimentaires-conduisent-les-enfants-a-mal-se-comporter/#more-25791

Le gingembre contre la douleur au genou

gingembre-douleur-genou

Si vous avez des problèmes de douleur au genou, pour la libérer, nous recommandons que vous mangiez du gingembre, de l’huile et du poisson.

Indépendamment de l’âge du patient et de la cause de la douleur, l’efficacité est élevée.

Les problèmes ne viennent pas toujours de l’amortissement du genou, ce qui est caractéristique de la population âgée. Des problèmes peuvent parfois se produire en raison de blessures ou en raison de facteurs héréditaires.

L’application d’huile de camomille, d’huile d’olive, de coriandre, de « baume du tigre » asiatique peut être miraculeux. La seule question est de savoir si cela vous convient ou pas. Voilà pourquoi vous devez d’abord essayer plusieurs remèdes pour voir lequel est le bon pour vous.

Soyez sûr d’ajouter le saumon, le maquereau et le hareng dans votre alimentation. Ces poissons sont riches en acides gras oméga 3, des acides gras, qui non seulement renforcent le cœur, mais les articulations aussi.

La racine de gingembre est très efficace. Le remède est préparé d’une manière dans laquelle vous avez besoin de couper un morceau de racine de gingembre, le râper et le frotter sur la zone touchée. Si vous voulez obtenir des effets encore meilleurs, vous devez boire simultanément une infusion de gingembre.

source:https://www.sante-nutrition.org/le-gingembre-contre-la-douleur-au-genou/#more-22352

7 faits que vous pourriez ne pas savoir concernant l’huile de noix de coco

coconuts-Coconut-oil-on-spoon

Le cocotier est utilisé et apprécié par bon nombre de cultures et pays à travers le monde. Ses qualités nutritionnelles et ses pouvoirs thérapeutiques lui ont valu l’appellation de « Kalpavriksha » (l’arbre qui donne tout) en Inde. Comme son nom l’indique, cet arbre est extrêmement polyvalent et utilisé dans beaucoup de domaines. Tout ce qui est issu de la coco, du lait de sa noix en passant par ses feuilles jusqu’à l’enveloppe de sa coque, a des caractéristiques bénéfiques pour la santé de l’être humain. En particulier, son huile qui est devenue très prisée pour la cuisine et autres usages. Examinons ensemble quelques faits que vous ignorez sans doute à son propos.

1. Le gras saturé dans l’huile de noix de coco n’est pas mauvais du tout

Dans une épicerie, j’ai entendu les commentaires de personnes confuses après avoir lu l’étiquette de l’huile de coco et constaté sa haute teneur en corps gras saturés. « Non, sans blague ! » se sont-elles exclamées. « Je croyais que ce truc était bon pour la santé. » En fait, il l’est.

Malheureusement, les lipides contenus dans la noix de coco ont fait l’objet de controverse et de fausses rumeurs. On a beau dire que les graisses saturées sont mauvaises à tous les niveaux, celles de ce fruit sont des acides gras à chaîne moyenne — différentes des graisses d’origine animale — et ne se dégradent pas à l’intérieur de l’organisme. En fait, le corps humain s’en sert directement comme carburant et sa consommation est d’ailleurs associée aux profils lipidiques bénéfiques.

L’huile de coco est même meilleure que d’autres huiles végétales comme le tournesol ou le carthame qui contiennent des acides gras polyinsaturés mauvais pour le système cardio-vasculaire. De nombreux experts en nutrition recommandent de passer au coco pour éviter les risques sanitaires.
2. L’huile de coco est excellente pour les cheveux

On l’utilise à profusion dans les shampooings, après-shampooings et autres produits capillaires. La raison est très simple : son faible poids moléculaire et sa chaîne linéaire droite lui permettent de pénétrer efficacement la tige du cheveu réduisant ainsi la perte protéinique pour qu’il soit nourri et en bonne santé.
3. Et pour la peau également

L’huile de coco a aussi un effet très hydratant et bénéfique pour la peau. Dans de nombreuses cultures, elle est utilisée pour soigner de nombreux problèmes cutanés. Pourquoi ? À cause de la structure chimique d’acides gras saturés à chaîne courte qui l’empêchent de s’oxyder et de devenir rance et qui nourrissent la peau — tout en favorisant la cicatrisation comme il a été découvert.
4. Utile contre les organismes nuisibles

Le fait le plus étonnant est peut-être son action antiparasitaire.

En 2007, une étude pour évaluer l’efficacité de l’huile de coco vierge contre le Candida a montré qu’une concentration à 25% était suffisante pour éradiquer totalement ce champignon.
Une recherche aléatoire contrôlée a permis de découvrir, en 2010, que la vaporisation d’une lotion à base d’huile de coco et d’anis vert était efficace contre les poux.
L’huile de coco éloignerait les moustiques.
La tungose ou maladie de la puce de sable, est une vraie saleté et bien qu’assez rare aux États-Unis, elle est beaucoup trop répandue ailleurs. Des chercheurs ont découvert, cette année, que l’huile de coco pourrait agir comme répulsif contre le parasite à l’origine de cette affection.

5. Peut remplacer le lait dans les crèmes glacées

Tout le monde aime les glaces mais la teneur lipidique du lait qui entre dans leur composition ne plaît pas à tous. Quelle est la solution ? Les glaces allégées au goût insipide ? Peut-être pas. Il semblerait que l’huile de coco vierge puisse remplacer de manière satisfaisante les graisses du lait. Selon ceux qui ont essayé, la crème glacée ainsi produite aurait un goût de coco agréable et son apparance, sa texture et son arôme seraient excellents.
6. Huile de massage pour les nouveaux-nés

Saviez-vous que frictionner les nouveaux-nés avec de l’huile améliorerait la thermorégulation et favoriserait une prise de poids normale ? C’est ce qu’a démontré une étude sur l’incidence de l’huile de coco sur la croissance néonatale en Inde. Dès le second jour après leur naissance, un massage à l’huile été administré quatre fois par jour à des nouveaux-nés par une personne qualifiée avant qu’ils ne quittent la maternité puis par leur mère jusqu’à leur trente-et-unième jour. Les résultats indiquaient alors une prise de poids et une croissance sensiblement accrues.
7. Un remède possible contre le poison ?

Il serait prématuré de qualifier l’huile de coco d’antidote contre les empoisonnements mais un incident survenu en 2005, en Iran, laisse assurément penser qu’il pourrait avoir quelque chose à offrir. Des agents hospitaliers locaux ont fait état d’un jeune homme qui avait tenté de se suicider en ingérant du phosphure d’aluminium contenu dans un pesticide. Au moment de son admission à l’hôpital, il présentait de graves symptômes de toxicité et on lui administra diverses substances aux effets neutralisants telles que du charbon actif, du bicarbonate de sodium, du sulfate de magnésium et de l’huile de coco. Résultat : il a survécu et même si tout le mérite ne doit probablement pas être attribué à l’huile de coco, cette dennière a été identifiée comme une partie importante du protocole.

Vous connaissez un fait concernant l’huile de coco que nous aurions omis ? Ou bien vous avez de bonnes choses à formuler à son sujet… voire même des critiques constructives ? Merci de laisser un commentaire ci-dessous et de vous joindre à la discussion.

Global healing center

source:https://www.sante-nutrition.org/7-faits-pourriez-pas-savoir-concernant-lhuile-noix-coco/#more-10474

Faut-il rembourser un crédit par anticipation lors d’une grosse rentrée d’argent ?

AAztz7z.img
Conserver un prêt à taux bas peut être intéressant. Mais il convient d’être vigilant sur plusieurs points pour ne pas être perdant à la sortie. Détails…
Lors d’une grosse rentrée d’argent (notamment suite à un héritage), une question peut se poser : dois-je solder mon financement immobilier ? Les taux bas ont rendu la réponse moins évidente qu’auparavant.

Prenons l’exemple de Mr Durand, qui a un financement à 1,5%. Il lui reste 10 ans de crédit et 100.000 euros à rembourser lorsqu’il reçoit 100.000 euros par héritage.

En soldant son prêt, Mr Durand s’enlèvera une charge mais se privera par ailleurs d’un capital pouvant être placé (en vue de couvrir les mensualités).

En conservant le financement, il pourra placer son capital et puiser dedans pour payer ses échéances.

Comparer les taux

De manière intuitive, il suffit donc de comparer le coût de l’emprunt au taux auquel peut être placé le capital. Si les fonds sont placés à 1,5%, le capital permettra de payer le crédit au fil de l’eau et au bout de 10 ans, Mr Durand n’aura plus rien à payer et plus de capital disponible. Il aura réalisé une opération blanche.

Si le taux du placement est supérieur, il gagnera à conserver son prêt. Avec un placement à 2%, il aura par exemple un capital résiduel de 3.167 euros.

Il convient toutefois d’aller un peu plus loin dans l’analyse pour comparer ce qui est comparable.

Le coût du crédit

Le premier élément à vérifier est le coût réel du crédit, qui n’a rien à voir avec le taux nominal. Imaginons que le taux de Mr Durand soit hors assurance et qu’il paie par ailleurs 40 euros d’assurance par mois pour assurer son prêt. Le coût réel de son financement n’est pas de 1,5%… mais de 2,39%. Il lui faudra trouver un placement à plus de 2,39% pour être gagnant en conservant son prêt.

Il est donc important de regarder le poids réel du crédit, c’est-à-dire de se pencher sur le TEG.

Le rendement net du placement

En parallèle, le rendement du placement envisagé est aussi à étudier de près. Le premier critère concerne la pérennité du rendement. Autrement dit, le taux annoncé sera-t-il conservé jusqu’à la fin du prêt si le capital est placé ?

Il est également essentiel de raisonner en net. Beaucoup de particuliers oublient en effet la fiscalité des placements dans leur réflexion.

Supposons que Mr Durand ait trouvé un placement à 2,50%, l’incitant à conserver son prêt et à placer son capital. Si ce placement est soumis au PFU à 30%, Mr Durand n’aura que 1,75% net et n’aura finalement aucun intérêt à conserver son prêt.

Le coût du remboursement anticipé

Un dernier facteur vient en revanche donner des arguments à la conservation du prêt : le coût du remboursement anticipé. Lors d’une telle opération, l’emprunteur paie des pénalités (6 mois d’intérêts avec un plafond de 3% du capital restant).

Si Mr Durand a emprunté à 1,5%, il devra payer 750 euros en cas de remboursement anticipé. Il restera donc gagnant en conservant son prêt tant que l’opération ne lui coûtera pas plus de 750 euros à la sortie. En réalité, il pourra donc se contenter de placer ses fonds à 1,38% net pour conserver son prêt. Dans ce cas, il devra sortir 733 euros de sa poche la dernière année pour payer son crédit, soit moins que les 750 euros dus en cas de remboursement anticipé.

Bilan

Un raisonnement rapide pourrait faire dire à Monsieur Durand : « j’ai emprunté à 1,5%, j’ai donc intérêt à conserver mon prêt si je trouve un placement à 1,5% au minimum ».

La réalité est bien différente. Si le coût réel du crédit assurance comprise est de 2,39%, il lui faudra placer ses fonds à 2,28% pour ne pas être perdant (coût du remboursement anticipé inclus). En supposant que le placement envisagé soit fiscalisé (au PFU à 30%), le rendement brut devra être de 3,26%. Bien supérieur au taux de 1,5% évoqué au départ.

source:https://www.msn.com/fr-fr/finance/epargne-et-investissement/faut-il-rembourser-un-cr%c3%a9dit-par-anticipation-lors-d%e2%80%99une-grosse-rentr%c3%a9e-d%e2%80%99argent/ar-AAzttSs?ocid=st


Annonces-Légales


Bordas

Après avoir pris trop de médicament pour ses troubles de l’érection, un homme voit rouge

blue pills and condom
Après avoir ingéré une surdose de citrate de sildénafil, un médicament vendu sous le nom de Viagra, un homme de 31 ans a développé un trouble de la vision irréversible.

C’est une histoire qui rappelle la nécessité absolue de respecter les posologies des médicaments, et cela même lorsque la tentation de dépasser les doses pour en doper l’efficacité se fait sentir. Un Américain de 31 ans en a récemment fait l’amère expérience, après avoir pris une surdose de citrate de sildénafil. Ce médicament utilisé pour traiter les troubles de l’érection – plus connu sous le nom de Viagra – a provoqué chez lui d’irréversibles dommages de la vision: le trentenaire voit désormais (et pour toujours) la vie en rouge. Un cas médical rare, publié ce mois-ci dans la revue Retinal Cases .

Lorsque l’homme s’est présenté dans un hôpital new-yorkais spécialisé dans les troubles ophtalmologiques, il souffrait depuis deux jours d’un étrange symptôme: sa vision était drapée d’un filtre rouge. Selon lui, le problème serait survenu peu de temps après qu’il a pris du citrate de sildénafil acheté sur internet afin de soulager ses troubles de l’érection. Mais au lieu d’utiliser la pipette fournie avec le flacon, l’homme a directement bu le médicament au goulot, sans se soucier de la quantité ingérée.

Quelques instants plus tard, un filtre rouge s’est abattu devant ses yeux, accompagné de flashs multicolores et d’une perte de contrastes. Le lendemain, les flashs avaient cessé, mais le filtre rouge était, lui, toujours bien présent. Après examen, les médecins lui ont diagnostiqué une toxicité rétinienne persistante, consécutive à une surdose du médicament. Grâce à des technologies de pointe, ils sont parvenus à identifier finement la nature et les zones endommagées, à un degré encore jamais atteint. Ils ont pu observer les multiples blessures microscopiques infligées aux cônes, ces cellules photoréceptrices situées au fond de l’œil qui se comptent en millions et qui sont responsables de la vision en couleurs.

Le citrate de sildénafil est connu pour provoquer des perturbations visuelles sans gravité, telles qu’une vision floue ou une sensibilité à la lumière. Mais ces effets se dissipent généralement sous 24 heures. Seule une dose très supérieure à celle recommandée (50 milligrammes par prise) peut entraîner de tels dommages. Mais selon les médecins, le degré de pureté et la concentration de ce médicament acheté sur Internet, dont la provenance et le mode de fabrication demeurent donc inconnus, ont également pu accentuer sa toxicité. Après un an de divers traitements pour tenter de rattraper les dommages, l’état du patient est resté inchangé.

«Les gens adhèrent à la philosophie suivante: mieux vaut trop que pas assez. Cette étude montre à quel point une forte dose d’un médicament couramment utilisé peut être dangereuse», a mis en garde l’un des auteurs de l’étude, le Pr Richard Rosen, spécialiste de la rétine à l’hôpital du Mont Sinai à New York.

Journaliste Figaro Cécile Thibert

La papaye et ses graines: un puissant remède pour prévenir plusieurs maladies graves

Papaya-702x336
La papaye est le fruit comestible du papayer. C’est un fruit originaire du Mexique. Ce fruit est savoureux et très bon pour la santé.

La papaye est devenue célèbre pour tous ses bienfaits qu’elle apporte à notre santé, notamment grâce à sa teneur en fibres, en calcium, en phosphore, en fer, en papaïne, en thiamine, en niacine et en vitamines. Cela favorise surtout le bon fonctionnement de notre tractus intestinal et de notre système immunitaire.

La plupart des personnes qui consomment de la papaye en jettent les graines, sans savoir qu’elles peuvent aussi être mangées et qu’elles contiennent d’importants bienfaits pour notre santé.
Les graines de la papaye protègent les reins et aide à prévenir les problèmes d’insuffisance rénale.

La consommation de graines de papaye aide à prévenir les problèmes d’insuffisance rénale, et permet de les traiter lorsqu’ils sont déjà survenus. Pour ce cas en particulier, il est recommandé de mâcher 7 graines de papaye, 7 fois par jour.
Elles aident à dépurer le foie

Le foie est l’un des organes les plus importants de notre corps, car sa fonction est de filtrer les toxines et les substances toxiques, dans le but de prévenir de nombreuses maladies. Lorsque cet organe est touché par une affection, nous courons le risque de développer des problèmes chroniques.

Pour cela, les graines de papaye peuvent grandement nous aider, notamment dans le cas de cirrhose hépatique. Il suffit simplement de moudre 5 graines de papaye, de les mélanger avec une cuillerée de jus de citron, et de boire ce mélange deux fois par jour, pendant un mois.
Elles améliorent notre santé intestinale

Grâce à leur forte teneur en enzymes antiparasitaires, les graines de papaye améliorent notre santé intestinale. Elles contiennent un alcaloïde anti-helminthique, appelé carpaïne, qui a la capacité d’éliminer les parasites intestinaux.

Pour cela, il suffit de faire sécher les graines, puis de les moudre. Ensuite, diluez une cuillerée de cette poudre dans de l’eau, et faites bouillir le tout. Vous pouvez ajouter une cuillerée de miel pour adoucir le mélange. Buvez-en 2 à 3 fois par jour.
Elles protègent également notre système digestif

Les graines de papaye possèdent également de puissantes propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires, qui améliorent la santé digestive. De nombreuses études ont mis au jour que les graines de papaye combattent la salmonelle, les staphylocoques, et d’autres types d’agents infectieux.

Afin de profiter de ces bienfaits, il faut consommer 7 graines de papaye, trois fois par jour.
Elles absorbent l’excès de gras et de sucre

Les graines de papaye sont d’excellents brûle-graisses pour notre organisme. Elles ont la capacité d’empêcher que l’organisme n’absorbe trop de graisses et de sucre, ce qui accélère le processus de digestion et contribue à la perte de poids.

Source: http://www.afrikmag.com