Tablettes et téléphones. Des « dangers possibles » pour les enfants. Ce que dit l’étude

Fotolia_92848611_Subscription_L-630x0

Un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail alerte sur les dangers des radiofréquences sur la santé des enfants.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié, vendredi 8 juillet 2016, un rapport d’expertise sur l’exposition aux radiofréquences et la santé des enfants. L’agence alerte sur les dangers des technologies sans fil : elle pointe en particulier « des effets possibles sur les fonctions cognitives et le bien-être », qui la conduisent à préconiser « un usage modéré et encadré » de ces technologies. Téléphones portables, tablettes, jouets télécommandés doivent être utilisés avec modération. Explications.

Des enfants très exposés aux radiofréquences

S’il n’existe pas de données chiffrées sur les enfants possédant des téléphones portables et qu’il est difficile de connaître précisément les équipements des foyers, le rapport de l’Anses souligne que « les données disponibles montrent une très forte expansion de l’usage des nouvelles technologies sans fil, notamment chez les très jeunes enfants. » Ceux-ci possèdent leur propre téléphone mobile « de plus en plus précocement, même si la première utilisation se situe rarement avant l’âge de sept ans. » En outre, « la multiplicité et la diversité des lieux fréquentés (domicile, école, lieux publics, installations sportives et culturelles) engendrent des situations d’expositions très variables. »
Les dangers des champs électromagnétiques

Dans le cadre de cette étude, le comité d’experts s’est focalisé sur les enfants de moins de six ans et a pris en compte les données disponibles sur l’exposition aux radiofréquences pendant toutes les phases du développement de l’individu, depuis la période in utero jusqu’à la fin de l’adolescence. L‘Anses recommande de réduire l’exposition des enfants aux champs électromagnétiques et de limiter les usages d’appareils sans fil. Téléphones mobiles et tablettes tactiles pour enfants, mais aussi jouets radiocommandés (voitures, locomotives, peluches…), robots communicants, talkies-walkies, veille-bébés (babyphones) sont susceptibles d’avoir un effet sur les fonctions cognitives de l’enfant, telles que la mémoire, l’attention, le langage et les activités psychomotrices des bambins. Les radiofréquences auraient également des incidences sur le bien-être des enfants : troubles du sommeil, fatigue, stress, irritabilité, ou maux de tête.

Les experts notent que « ces effets pourraient être liés à l’usage des téléphones mobiles plutôt qu’aux radiofréquences qu’ils émettent. » Autrement dit, cernes, migraines et problèmes de concentration résultent peut-être tout simplement du temps volé au sommeil par l’usage des portables, précise Le Monde.

Le comité d’experts appelle à redoubler de vigilance. « Du fait de leur plus petite taille, de leurs spécificités anatomiques et morphologiques et des caractéristiques de certains de leurs tissus, les enfants sont davantage exposés que les adultes. »
Réglementation à revoir

L’Anses préconise que tous les équipements radioélectriques, en particulier ceux destinés à la jeunesse, soient soumis « aux mêmes obligations réglementaires en matière de contrôle des niveaux d’exposition et d’information du public que celles encadrant les téléphones mobiles. »

S’agissant des radiofréquences générées par des sources lointaines (antennes-relais, émetteurs de radio et de télévision), elle recommande de « reconsidérer les valeurs limites d’exposition réglementaires », afin d’assurer « des marges de sécurité suffisamment grandes » pour protéger la santé des enfants. Des pays comme le Canada ou les Pays-Bas ont déjà baissé ces limites, rappelle Le Monde.

Pour les téléphones mobiles, l’Anses rappelle sa recommandation, déjà formulée, invitant à réduire l’exposition des enfants, en préconisant un usage modéré et en privilégiant le recours au kit mains-libres. Elle recommande également que des études complémentaires évaluent l’impact sanitaire et psychosocial (apprentissage scolaire, relations sociales et familiales, etc.) chez les enfants lié à l’usage des technologies de communication mobile, en raison notamment de phénomènes addictifs, de troubles des rythmes du sommeil, etc. Elle invite les parents à être vigilants et à faire de la prévention auprès des plus jeunes, pour qu’ils réduisent les durées et la fréquence des appels, et évitent les communications nocturnes.

Source: http://www.normandie-actu.fr

Ce SEUL ingrédient peut soulager la migraine instantanément

migraine

Si vous avez déjà eu une migraine, vous savez que la douleur peut être atroce et vous feriez n’importe quoi pour la faire cesser. Bien que la médecine conventionnelle propose un soulagement aux migraines, et que des remèdes maison existent, vous serez vraiment surpris de la facilité avec laquelle cet ingrédient naturel peut vous libérer de la douleur de votre migraine.

Selon le Migraine Trust, 54% des personnes souffrant de migraines éprouvent une ou plusieurs crises par mois, et 13% déclarent une ou plusieurs crises par semaine. En raison des migraines, environ 25 millions de jours de travail ou d’école sont perdus dans le monde chaque année. L’Organisation Mondiale pour la Santé classe les crises sévères de migraine parmi les maladies les plus invalidantes, comparables à la démence, la tétraplégie et la psychose.

Ceux qui souffrent de migraines savent qu’une migraine ne ressemble pas à un mal de tête habituel. La sévérité de la douleur et la durée sont généralement ce qui distingue une migraine d’un mal de tête ordinaire.

Si vous n’êtes pas sûr du type de mal de tête que vous éprouvez, vous pouvez en savoir plus sur le sujet ici.
Que se passe-t-il pendant une migraine ?

A l’intérieur de votre tête, le sang circule en cercle comme un halo, fournissant de l’oxygène à l’ensemble de votre tissu cérébral. Les neurones sont très actives et toutes vos fonctions corporelles sont contrôlées par l’ordinateur qu’est votre cerveau.

Lorsqu’une migraine survient, deux choses peuvent causer votre douleur. Tout d’abord, les vaisseaux sanguins sont dilatés. Ils s’ouvrent et davantage de sang commence à affluer à votre cerveau. La pression due à l’augmentation du flux sanguin sur les vaisseaux est l’une des causes de la douleur que vous ressentez.

La deuxième cause de la douleur, selon le Migraine Relief Center est que « les vaisseaux crâniens fuient, provoquant un gonflement dans la zone. » Ce n’est donc pas étonnant que vous sentiez une pression dans votre cerveau lorsque vous avez une migraine.

Les migraines peuvent durer de 4 à 72 heures. Pendant ce laps de temps douloureux, certaines personnes sentent ont des nausées aussi extrêmes qu’elles peuvent provoquer des vomissements. Bien souvent, les personnes qui ont une migraine doivent se coucher et se reposer pour récupérer jusqu’à ce que la douleur s’atténue.

Pendant une migraine, certaines personnes peuvent faire l’expérience d’hallucinations visuelles, comme de minuscules lumières qui apparaissent, ou bien une vision de tunnel où leur champ de vision est bloqué. Cette situation est commune mais elle peut rendre des activités ordinaires comme la conduite d’une voiture impossibles jusqu’à ce que la migraine passe.
Quelles sont les causes de la migraine ?

Une migraine peut être causée par un déclencheur externe tel que le vin rouge, le stress, un bruit soutenu, la déshydratation, les produits à base de soja ou même les changements de pression météorologiques. Les victimes de migraine apprennent rapidement à rechercher et éviter les déclencheurs possibles de leur migraine.

Les femmes ont une incidence plus élevée de migraines du fait des changements hormonaux. Les femmes constatent parfois qu’elles ont plus de risque d’avoir une migraine à un moment particulier de leur cycle menstruel. D’autres changements hormonaux comme la grossesse ou la ménopause peuvent modifier la fréquence des migraines.
Médicaments en vente libre

Le Migraine Trust dit que « les migraines sont toujours non diagnostiquées et non soignées chez au moins 50% des patients, et moins de 50% des patients migraineux consultent un médecin. » La plupart essaient de soulager la douleur eux-mêmes en prenant leur antalgique habituel comme l’ibuprofène, l’aspirine ou l’acétaminophène.

Tant l’aspirine que l’ibuprofène agissent en fluidifiant le sang et ils auront un petit effet sur une migraine en réduisant la pression sur les vaisseaux sanguins dans le cerveau. Le temps qu’il faut pour qu’ils produisent un effet est épouvantable pour la personne qui souffre de maux de tête.

Des médicaments sur ordonnance sont également disponibles sous forme de pilules, de patch, d’injection ou en inhalation nasale. Pour les médications orales, les migraineux les prennent dès le premier signe des symptômes. Les autres formes sont censées agir plus rapidement ou bien, sous forme de patch, elles délivrent un dose régulière du médicament pour aider à prévenir les migraines.
Ce seul ingrédient naturel peut soulager une migraine instantanément

Le seule remède miracle pour votre migraine ? Une goutte d’huile essentielle d’encens de haute qualité, placée sur la partie charnue de votre pouce, puis pressée sur votre palais est un remède naturel qui peut soulager les migraines instantanément.

Les anciens Egyptiens utilisaient l’huile essentielle d’encens comme remède naturel pour la migraine en l’appliquant sur la tête. Certaines personnes ont rapporté qu’elles détestaient le goût de cette huile essentielle et elles l’utilisent donc sur certains points de massage spécifiques sur leur tête. Mettez de l’huile sur le bout des doigts et frottez-vous les tempes, le front, la nuque et le cuir chevelu.

Une étude a révélé que les monoterpènes de l’encens et d’autres huiles essentielles agissent comme de puissants anti-inflammatoires. Cela réduit le gonflement des vaisseaux sanguins et apaise la douleur. Une seconde étude a montré que l’huile d’encens réduit l’intensité et la fréquence des maux de tête chez les patients qui ont vécu des expériences débilitantes de migraines à la chaîne.

Si vous êtes une personne pour qui l’huile d’encens ne fonctionne pas, essayez quelque chose qui produise la constriction des vaisseaux sanguins, comme appliquer quelque chose de froid. Une pochette de glace enveloppée et appliquée sur la nuque ou même faire couler de l’eau froide sur la tête devrait aider à réduire la taille de vos vaisseaux sanguins. Retenir de l’eau froide dans la bouche tout en respirant par le nez va également aider.

source:https://www.sante-nutrition.org/ce-seul-ingredient-peut-arreter-une-migraine-instantanement/#more-31057

Faut-il rembourser un crédit par anticipation lors d’une grosse rentrée d’argent ?

AAztz7z.img
Conserver un prêt à taux bas peut être intéressant. Mais il convient d’être vigilant sur plusieurs points pour ne pas être perdant à la sortie. Détails…
Lors d’une grosse rentrée d’argent (notamment suite à un héritage), une question peut se poser : dois-je solder mon financement immobilier ? Les taux bas ont rendu la réponse moins évidente qu’auparavant.

Prenons l’exemple de Mr Durand, qui a un financement à 1,5%. Il lui reste 10 ans de crédit et 100.000 euros à rembourser lorsqu’il reçoit 100.000 euros par héritage.

En soldant son prêt, Mr Durand s’enlèvera une charge mais se privera par ailleurs d’un capital pouvant être placé (en vue de couvrir les mensualités).

En conservant le financement, il pourra placer son capital et puiser dedans pour payer ses échéances.

Comparer les taux

De manière intuitive, il suffit donc de comparer le coût de l’emprunt au taux auquel peut être placé le capital. Si les fonds sont placés à 1,5%, le capital permettra de payer le crédit au fil de l’eau et au bout de 10 ans, Mr Durand n’aura plus rien à payer et plus de capital disponible. Il aura réalisé une opération blanche.

Si le taux du placement est supérieur, il gagnera à conserver son prêt. Avec un placement à 2%, il aura par exemple un capital résiduel de 3.167 euros.

Il convient toutefois d’aller un peu plus loin dans l’analyse pour comparer ce qui est comparable.

Le coût du crédit

Le premier élément à vérifier est le coût réel du crédit, qui n’a rien à voir avec le taux nominal. Imaginons que le taux de Mr Durand soit hors assurance et qu’il paie par ailleurs 40 euros d’assurance par mois pour assurer son prêt. Le coût réel de son financement n’est pas de 1,5%… mais de 2,39%. Il lui faudra trouver un placement à plus de 2,39% pour être gagnant en conservant son prêt.

Il est donc important de regarder le poids réel du crédit, c’est-à-dire de se pencher sur le TEG.

Le rendement net du placement

En parallèle, le rendement du placement envisagé est aussi à étudier de près. Le premier critère concerne la pérennité du rendement. Autrement dit, le taux annoncé sera-t-il conservé jusqu’à la fin du prêt si le capital est placé ?

Il est également essentiel de raisonner en net. Beaucoup de particuliers oublient en effet la fiscalité des placements dans leur réflexion.

Supposons que Mr Durand ait trouvé un placement à 2,50%, l’incitant à conserver son prêt et à placer son capital. Si ce placement est soumis au PFU à 30%, Mr Durand n’aura que 1,75% net et n’aura finalement aucun intérêt à conserver son prêt.

Le coût du remboursement anticipé

Un dernier facteur vient en revanche donner des arguments à la conservation du prêt : le coût du remboursement anticipé. Lors d’une telle opération, l’emprunteur paie des pénalités (6 mois d’intérêts avec un plafond de 3% du capital restant).

Si Mr Durand a emprunté à 1,5%, il devra payer 750 euros en cas de remboursement anticipé. Il restera donc gagnant en conservant son prêt tant que l’opération ne lui coûtera pas plus de 750 euros à la sortie. En réalité, il pourra donc se contenter de placer ses fonds à 1,38% net pour conserver son prêt. Dans ce cas, il devra sortir 733 euros de sa poche la dernière année pour payer son crédit, soit moins que les 750 euros dus en cas de remboursement anticipé.

Bilan

Un raisonnement rapide pourrait faire dire à Monsieur Durand : « j’ai emprunté à 1,5%, j’ai donc intérêt à conserver mon prêt si je trouve un placement à 1,5% au minimum ».

La réalité est bien différente. Si le coût réel du crédit assurance comprise est de 2,39%, il lui faudra placer ses fonds à 2,28% pour ne pas être perdant (coût du remboursement anticipé inclus). En supposant que le placement envisagé soit fiscalisé (au PFU à 30%), le rendement brut devra être de 3,26%. Bien supérieur au taux de 1,5% évoqué au départ.

source:https://www.msn.com/fr-fr/finance/epargne-et-investissement/faut-il-rembourser-un-cr%c3%a9dit-par-anticipation-lors-d%e2%80%99une-grosse-rentr%c3%a9e-d%e2%80%99argent/ar-AAzttSs?ocid=st


Annonces-Légales


Bordas

Les femmes portent l’ADN masculin de tous ceux avec qui elles ont eu des rapports intimes

adn

Les femmes absorbent et portent l’ ADN masculin vivant de tous ceux avec lesquels elles ont des rapports, selon une nouvelle étude de l’Université de Seattle et du Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson.
L’étude, qui a découvert l’information surprenante par accident, essayait à l’origine de déterminer si les femmes enceintes d’un garçon pourraient être plus prédisposées à certaines maladies neurologiques qui surviennent plus fréquemment chez les hommes.

Mais alors que les scientifiques décortiquaient le cerveau féminin, l’étude a commencé à prendre un tout autre tournant. Il s’avère que le cerveau féminin est encore plus mystérieux que ce que l’on pensait auparavant.

L’étude a révélé que le cerveau féminin contient souvent le « microchimérisme masculin », c’est-à-dire la présence d’ADN masculin originaire d’un autre individu et génétiquement distinct des cellules qui composent le reste de la femme.

Selon l’étude: « 63% des femmes (37 sur 59) ont testé un microchimérisme masculin contenu dans le cerveau. Le microchimérisme masculin était présent dans de multiples régions du cerveau . »

Ainsi, 63% des femmes portent des cellules d’ADN mâles qui vivent dans leur cerveau. De toute évidence, les chercheurs ont voulu savoir d’où provient l’ADN masculin.

Par cette étude, les chercheurs ont supposé que la réponse la plus probable était que tout ADN masculin trouvé vivant dans le cerveau provenait d’une grossesse masculine. C’était l’hypothèse sûre, politiquement correcte. Mais ces chercheurs vivaient dans le déni.

Car lorsqu’ils ont autopsié le cerveau des femmes qui n’avaient jamais été enceintes, et encore moins avec un garçon, ils ont tout de même trouvé de l’ADN masculin prévalant dans le cerveau féminin.

À ce stade, les scientifiques ne savaient pas ce qui se passait. Confus, ils ont fait de leur mieux pour cacher les preuves jusqu’à ce qu’ils puissent le comprendre et l’expliquer. Ils ont enterré les résultats dans nombre de sous-études et articles, mais si vous les décortiquez, vous trouverez d’où proviennent ces cellules d’ADN masculin.

» CONCLUSIONS: Le microchimérisme masculin n’était pas rare chez les femmes sans garçon. Outre les grossesses connues, d’autres sources possibles de microchimérisme masculin incluent un avortement spontané non connu, un jumeau masculin disparu, un frère aîné transféré par la circulation maternelle…Le microchimérisme masculin était significativement plus fréquent et les niveaux étaient plus élevés chez les femmes atteintes d’avortement induit que chez les femmes ayant d’autres antécédents de grossesse. D’autres études sont nécessaires pour déterminer les origines spécifiques du microchimérisme masculin chez les femmes. »

Donc, selon les scientifiques, les sources possibles de l’ADN masculin vivant dans le cerveau des femmes sont:

1. Un avortement que la femme ignorait
2. Un jumeau mâle qui a disparu
3. Un frère aîné transféré par la circulation maternelle
4. Rapports intimes

Compte tenu du fait que 63% des femmes ont des cellules d’ADN masculin résidant dans le creux de leur cerveau, laquelle des possibilités ci-dessus est la plus probable?

Les trois premières options s’appliquent à un très faible pourcentage de femmes. Elles ne pourraient pas représenter les 63%. En revanche, la quatrième option est la plus commune.

Cela a d’importantes conséquences pour les femmes. Chaque homme dont vous absorbez les spermatozoïdes devient une partie vivante de vous pour la vie. Les femmes autopsiées dans cette étude étaient âgées. Certaines portaient l’ADN masculin vivant en elles depuis plus de 50 ans.
Le sperme est vivant.

Ce sont des cellules vivantes. Quand il est injecté en vous, il nage encore et encore jusqu’à ce qu’il s’effondre dans un mur, puis se jette dans votre chair. Si c’est dans votre bouche, il nage et grimpe dans vos passages nasaux, l’oreille interne et derrière vos yeux. Puis il creuse. Il entre dans votre flux sanguin et s’accumule dans votre cerveau et votre colonne vertébrale.

Comme quelque chose d’un film de science-fiction, cela devient une partie de vous et vous ne pouvez pas vous en débarrasser.

Nous commençons maintenant à comprendre tout le pouvoir et les conséquences des rapports intimes.

http://sain-et-naturel.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer la source et le site: http://www.elishean-aufeminin.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Elishean au Féminin

Croisières Caraïbes, Cuba et Antilles

ob_cbd652_pg8wirio

Une chose est sûre, les Caraïbes représentent depuis toujours l’une des destinations les plus belles et les plus fascinantes du monde, le rêve de tout vacancier à la recherche de détente dans des endroits féeriques, longues étendues de sable blanc, palmiers, fruits exotiques, barrière de corail, plein de poissons tropicaux colorés et une mer turquoise.
Difficile, si ce n’est impossible, de ne pas être bouche bée devant le magnifique spectacle offert par ces îles, de la Barbade à la Jamaïque, de Sainte-Lucie aux Bahamas, de la Guadeloupe à la Trinité-et-Tobago, où vous pourrez vous laisser bercer par les vagues et, pourquoi pas, vous égarer entre shopping et vie nocturne dans la Miami branchée, le charme pittoresque de Cuba ou la mystérieuse Costa Maya mexicaine.

Le tout entouré d’une atmosphère qui semble avoir arrêté le temps, reportant le voyageur dans un ancien monde fait de villages coloniaux, de plantations de rhum et de criques de pirates.

imagesllllyu.jpg

source:http://voyages-monde.over-blog.com/2018/04/croisieres-caraibes-cuba-et-antilles.html

lllk

Les fruits de mer élevés en Asie sont PLEINS d’excréments de porcs et d’antibiotiques, voici comment savoir si les vôtres sont sûrs

crevette
Les crevettes procurent des bienfaits de santé étonnamment efficaces. Elles sont incroyablement faibles en gras et incroyablement riches en protéines, avec environ 75 grammes de protéines pour chaque gramme de gras. Elles sont également riches en vitamine D, B12, et acides gras oméga-3, qui fournissent au corps de nombreux bienfaits pour la santé.
Bien que la crevette naturelle et non transformée soit un aliment de santé incroyable, on ne peut pas en dire autant de beaucoup de crevettes vendues en occident. Ceci est principalement dû à la façon dont elles sont récoltées et aux aliments avec lesquels elles sont élevées.
Fermes asiatiques d’élevage de fruits de mer

Le Vietnam est le 1er exportateur mondial de crevettes. Le Vietnam, la Thaïlande, l’Inde et l’Indonésie concentrent plus de la moitié des exportations mondiales.

La demande de crevettes en occident a augmenté considérablement au cours de ces dernières décennies. Ceci a conduit à une concurrence accrue dans le marché de la crevette et des fruits de mer, et finalement, a conduit de nombreux éleveurs de crevettes à sacrifier des exigences sanitaires pour faire face à la concurrence.

Une enquête a révélé que certains éleveurs de crevettes vietnamiens congelaient leurs crevettes prêtes à l’export dans de l’eau qui n’est même pas considérée comme potable.

Selon le microbiologiste Mansour Samadpour, qui est spécialisé dans la vérification de l’eau utilisée pour l’élevage des fruits de mer, l’utilisation de cette eau contribue à la propagation de bactéries nuisibles et de maladies.

« Ces conditions – de la glace obtenue à partir d’eau sale, les animaux près des fermes, les cochons – sont inacceptables », déclare Samadpour.

Cependant, la crevette n’est pas le seul aliment qui soit élevé selon des réglementations obscures en Asie. Une ferme de tilapia à Yangjiang, en Chine, complète l’alimentation de son poisson avec des excréments de porcs et d’oies. Selon Michael Doyle, Directeur du Centre pour la Sécurité Alimentaire de l’Université de Géorgie, cela se traduit directement par le développement de nombreuses maladies bactériennes bien connues.

« Le fumier que les Chinois utilisent pour nourrir les poissons est souvent contaminé par des microbes comme la salmonelle », déclare Doyle.
Comment éviter les fruits de mer toxiques

Ce n’est un secret pour personne que les fruits de mer d’élevage sont pires que les fruits de mer sauvages. Tout le monde sait que les poissons d’élevage et les crustacés sont chargés d’antibiotiques nuisibles que nous consommons ensuite avec les fruits de mer. Cependant, une nouvelle étude publiée par le Consumer Report a révélé que les crevettes d’élevage contiennent des niveaux de bactéries nocives plus élevés ainsi que des antibiotiques, nous donnant une nouvelle raison d’éviter les fruits de mer d’élevage.

Cela peut sembler paradoxal que les deux raisons principales pour lesquelles les fruits de mer d’élevage sont mauvais pour nous soient qu’ils contiennent des quantités élevées à la fois d’antibiotiques et de bactéries. Pourtant, ce n’est pas surprenant si l’on considère les conditions dans lesquelles ces animaux sont élevés.

En plus d’être nourris d’excréments d’animaux chargés de bactéries, ils sont aussi entassés dans des espaces restreints toute leur vie, ce qui contribue grandement à la propagation des maladies dans toute leur population.

Selon l’étude, 60% des 342 échantillons de crevettes congelées contenaient soit de la salmonelle, du vibrion, de la listeria ou de l’escherichia coli. En même temps qu’elles étaient testées positives pour ces maladies, elles avaient aussi des traces d’antibiotiques, d’oxytétracycline, d’enrofloxacine et de sulfamides.

94% des toutes les crevettes importées en France viennent de pays d’Asie comme la Thaïlande, le Vietnam, l’Indonésie et l’Inde. Les conditions de surpeuplement et de pollution de l’élevage des crevettes dans ces pays conduit généralement à la propagation des maladies et à la surutilisation des antibiotiques pour tenter de lutter contre ces maladies.

Selon l’étude menée par le Consumer Report, les crevettes sauvages crues avaient les niveaux de bactéries les plus bas de tous les échantillons qu’ils ont testés.

Par conséquent, si vous voulez essayer d’éviter les bactéries nocives et les antibiotiques dans vos fruits de mer autant que possible, achetez des poissons, fruits de mer et crustacés sauvages capturés dans votre région. Même s’ils sont plus chers, ils contiendront beaucoup moins de bactéries, de résidus d’antibiotiques et auront un meilleur impact sur l’environnement en général.

Sources:
theheartysoul.com
http://www.bloomberg.com
http://www.naturalfoodbenefits.com
http://www.foodsafetynews.com

source:https://www.sante-nutrition.org/les-fruits-de-mer-eleves-en-asie-sont-pleins-dexcrements-de-porcs-et-dantibiotiques-voici-comment-savoir-si-les-votres-sont-surs/

Après une grossesse, la baisse de libido est fréquente

Parents with their newborn baby boy on bed
L’arrivée d’un enfant peut bouleverser la vie intime du couple. L’équilibre peut être aisément retrouvé en renouant progressivement avec l’échange corporel et en se réservant de petites attentions.

Entre la fatigue, les chamboulements hormonaux et d’éventuelles douleurs, il arrive qu’après l’arrivée du bébé, la nouvelle maman voit son désir sexuel rester au point mort pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Cette baisse de libido transitoire est tout à fait normale et s’explique par un bouleversement complet, tant du corps que du quotidien du couple. Mais attention: bien que cette perte de désir sexuel soit courante, elle n’est toutefois pas systématique. «Finalement, il faut simplement prendre son temps et écouter son corps», conseille la gynécologue Elizabeth Paganelli.
Fatigue et bouleversement hormonal

Et s’il fallait blâmer un responsable, la fatigue serait la première visée. «Il faut se lever toutes les trois heures pour nourrir le nouveau-né. Lorsque le bébé dort, la maman ne désire généralement qu’une chose: se reposer, indique Caroline Le Roux, psychologue et sexologue. Dans ce cadre, il est difficile pour le papa de trouver sa place, alors le plus important dans cette situation est de s’écouter et de communiquer au maximum».

En plus d’être éprouvante, une naissance provoque également un bouleversement hormonal qui peut contribuer à une baisse du désir sexuel. En cas d’allaitement, la tétée du bébé stimule la production de prolactine, une molécule qui inhibe la fabrication des hormones du désir sexuel. Sans compter que l’allaitement peut aussi provoquer des douleurs aux seins.

» LIRE AUSSI – Une nouvelle méthode pour relancer la libido du couple
Un périnée douloureux

Les hormones ne sont pas les seules à être touchées de plein fouet. Il arrive que le périnée – cet ensemble de muscles situés autour des organes génitaux — soit soumis à rude épreuve. Non seulement il supporte la pression du poids du bébé pendant la grossesse, mais il subit également de fortes déformations pendant l’accouchement. Sans compter que l’épisiotomie — geste qui consiste à inciser le périnée pour laisser passer l’enfant — est une opération encore fréquente, bien qu’elle soit de moins en moins pratiquée (une femme sur cinq en 2016 en France). Or celle-ci nécessite plusieurs semaines pour cicatriser, il faut donc du temps pour que les douleurs s’estompent.

Contrairement aux douleurs dont il peut faire l’objet, la perte d’élasticité du périnée n’est pas directement impliquée dans la baisse de libido. Les séances de rééducation périnéale qui s’effectuent chez un gynécologue ou un kinésithérapeute dans le but de lui redonner sa tonicité ne sont donc pas indispensables pour la reprise d’une activité sexuelle. Par contre, elles permettent de remédier ou de prévenir d’éventuelles fuites urinaires.

D’autres facteurs peuvent refréner l’envie d’avoir des relations sexuelles dans les premiers temps qui suivent l’accouchement. On peut citer les lochies, ces pertes de sang dues à la cicatrisation de l’endomètre, qui cessent généralement au bout d’une quinzaine de jours. La sécheresse vaginale et les contractions – un trouble fréquent et douloureux, surtout si la femme allaite — sont aussi des facteurs physiques qui peuvent refréner le désir. Enfin, la cicatrice laissée par une césarienne – mode d’accouchement de 20% des femmes en France — peut également être douloureuse. Mais dans la plupart des cas, tous ces désagréments s’améliorent spontanément avec le temps.

» LIRE AUSSI – Les 10 secrets des femmes pour atteindre plus facilement l’orgasme
En finir avec l’image parfaite de l’accouchée

Outre l’aspect physiologique, la dimension psychologique est aussi un facteur à prendre en compte dans la perte de libido. «Les modifications du corps, à la fois morphologique et pondérale, peuvent entraîner une perte de confiance en soi», estime la psychologue Caroline Le Roux. L’arrivée d’un enfant et les changements hormonaux que cela engendre peuvent même plonger durant quelques jours la mère dans le fameux baby-blues. À ne pas confondre avec une dépression post-partum, ce syndrome se manifeste notamment par une hypersensibilité émotionnelle, une irritabilité, mais aussi des troubles du sommeil. Entre 50 et 70% des femmes sont touchées dans les jours qui suivent leur accouchement.

«Le problème en France est que l’on a une image parfaite de l’accouchée, soupire Elizabeth Paganelli. On veut que les femmes soient de bonnes mères en allaitant, de bonnes ménagères et qu’elles soient en plus en pleine forme. Mais ce n’est pas possible, cela ne peut qu’engendrer des états dépressifs et des conflits dans le couple», poursuit-elle. La gynécologue conseille donc une bonne répartition des tâches au sein du couple, mais aussi la possibilité de se ménager des temps de repos. Pour cela, l’entourage est essentiel, notamment pour prendre le relais auprès du nouveau-né.

Après un accouchement, il n’y a pas de durée particulière à respecter avant de renouer avec une vie sexuelle. Une fois que le couple se sent prêt, le mieux reste de relancer l’activité sexuelle de façon progressive. «On peut commencer à raviver la flamme par des rapprochements sensuels et des petites attentions, conseille Caroline Le Roux. Avant d’aller plus loin, on peut débuter avec des relations sexuelles sans pénétration».

Et la mère, parmi tous les changements qu’elle a connus, doit retrouver sa place de femme. «Il n’est pas rare que la femme entretienne une relation privilégiée avec son bébé, en se centrant exclusivement sur lui, poursuit la sexologue. Dans cette nouvelle relation, le père peut ne pas réussir à retrouver sa place de conjoint. Il faut alors que le couple réussisse à trouver une relation d’amants».

Par Cassandre Jalliffier

Les bienfaits méconnus de l’éternuement

Man Sneezing

L’expiration brutale réactive les cellules ciliées qui purifient l’air inhalé.

Des picotements fusent subitement dans tout le haut du nez. «Atchoum!» Rien à faire, ça va recommencer. «Aaaaatchoum!» Mais pourquoi diable éternue-t-on lorsque l’on n’est pas malade? Selon des chercheurs de l’université de Pennsylvanie (États-Unis), cette explosion irrépressible ne permet pas seulement de chasser les particules et autres pathogènes qui peuvent encombrer le conduit nasal. Elle a une autre fonction, jusqu’alors insoupçonnée. En provoquant une surpression à l’intérieur des poumons jusqu’au nez, l’expiration brutale d’air redynamise le système de circulation du mucus chargé de piéger les poussières et de les éliminer (The FASEB Journal, août 2012).

Quand votre ordinateur commence à ramer, vous l’éteignez. Quand vous le redémarrez, il marche mieux. L’éternuement est un peu le Crtl Alt Suppr du système respiratoire, il relance la machine, résume Noam Cohen qui a piloté les expériences de laboratoire conduites par son équipe. C’est une fonction de secours et de maintenance du système respiratoire.

Dans des conditions normales, l’air inhalé est purifié avant d’arriver dans les alvéoles, là où s’effectuent les échanges gazeux (oxygène contre gaz carbonique). Les poils du nez ont un rôle très secondaire, ils ne retiennent que les grosses poussières. Le nettoyage de fond est assuré par deux types de cellules qui tapissent les parois de toute la tuyauterie en amont: nez, trachée et bronches. D’abord, les cellules épithéliales qui produisent les sécrétions visqueuses (le mucus). Elles piègent les poussières et empêchent le dessèchement des parois. Ensuite, les cellules ciliées qui font glisser le mucus chargé d’impuretés comme un tapis roulant vers la bouche ou les narines. Chacune de ces cellules compte une centaine de poils microscopiques équipés à leur extrémité de crochets. Soumis à des battements fréquents, les cils agrippent le mucus et le font remonter vers la sortie en se détendant comme des fouets. En hiver, e mécanisme est ralenti par le froid, ce qui favorise les rhumes.
«Une piste thérapeutique»

L’éternuement se produit quand le système de purification commence à dysfonctionner. Les chercheurs l’ont découvert en cultivant en laboratoire des cellules ciliées prélevées dans le nez de souris et d’humains. «L’opération n’est pas douloureuse et la culture est facile», précise Christelle Coraux, spécialiste de l’épithélium respiratoire à l’Inserm (Reims). En soumettant ces cellules aux mêmes conditions de pression que celles provoquées lors d’un éternuement (énergie et durée), ils ont constaté une augmentation de la fréquence des battements. Cette dernière est activée par la production de plusieurs molécules spécifiques que les chercheurs américains ont retrouvées dans des concentrations élevées chez des personnes venant juste d’éternuer. Finalement, si certaines personnes éternuent souvent, c’est parce que leurs éternuements ne sont pas efficaces. «Mettre des gouttes de ces molécules dans le nez pourrait constituer une piste thérapeutique», concluent Noam Cohen et son équipe. «Les éternuements allergiques relèvent d’un autre processus, souligne de son côté Christelle Coraux. Et pour les pathologies plus lourdes, la piste des cellules souches épithéliales est la plus sérieuse».

De bonnes bactéries contre la sinusite chronique

La sinusite chronique est une pathologie très invalidante. Caractérisée par une inflammation des sinus pendant plus de douze semaines, elle entraîne une grande fatigue et peut conduire à la dépression. Les traitements actuels comprennent des anti-inflammatoires et des antibiotiques. Des chercheurs de l’université de San Francisco tablent sur une autre stratégie thérapeutique. Au lieu de cibler et d’éliminer les bactéries à l’origine de l’infection, ils envisagent d’intervenir sur la flore nasale des personnes atteintes de sinusite chronique en introduisant de bonnes bactéries. En effet, grâce aux nouvelles techniques d’analyses d’ADN, ils ont découvert en abondance, sur les parois nasales des personnes saines, des bactéries produisant de l’acide lactique (Lactobacillus sakei). À l’inverse, la flore nasale bactérienne de toutes les personnes atteintes de sinusite chronique s’est révélée très pauvre. Les lactobacilles y sont presque inexistants. Une bactérie appartenant au genre Corynebacterium est en revanche largement dominante. Cette dernière, peut-être à l’origine de la sinusite selon les chercheurs, ne se trouve quasiment pas dans le nez des personnes saines car elle est inhibée par les lactobacilles… La manipulation des communautés microbiennes constitue une piste thérapeutique sérieuse pour un autre organe clé des humains: l’intestin.