Comment se mettre à la cuisine crue ?

i136223-comment-se-mettre-a-la-cuisine-crue

Popularisée aux États-Unis dans les années 1950 depuis qu’une Américaine a affirmé avoir vaincu le cancer à deux reprises grâce à une alimentation saine et sans cuisson, la cuisine crue compte de nombreux adeptes à la recherche d’une alimentation saine et naturelle. Cuisiner sans four, pas même un four à micro-ondes, sans plaque et sans même un appareil vapeur, quels avantages ? Et surtout : comment s’y prendre ?
Les bienfaits de la cuisine crue

Manger cru permet bénéficier de l’ensemble des bienfaits des aliments sur la santé en préservant tous les nutriments, les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments, les fibres, les enzymes et les antioxydants. La chaleur détruit en effet les vitamines les plus fragiles – la Vit C, la Vit B1 et la Vit B9 en particulier – ainsi que certains minéraux qui se détériorent d’autant plus que la cuisson est longue et que la température est élevée. Par ailleurs, manger cru favorise l’élimination des toxines, facilite la digestion et permettrait de préserver voire d’augmenter l’immunité et la vitalité.

Manger exclusivement cru (ou presque) est toutefois à éviter pour les personnes dont les intestins sont sensibles, qui sont sujettes aux colites, aux ballonnements, aux diarrhées ou aux spasmes intestinaux.

Les principes

En alimentation vivante, l’idée est de consommer des aliments crus de bonne qualité en valorisant les végétaux (fruits, légumes, graines et fruits oléagineux). Les aliments choisis sont bruts, en ce sens qu’ils n’ont subit aucune transformation – hormis la germination et la fermentation. Ils sont majoritairement alcalinisants et de préférence bio. Le régime cru n’est en revanche pas nécessairement végétarien.

La cuisine crue privilégie une alimentation sans cuisson mais il est possible de cuire les aliments à très basse température. La limite fixée étant de 40°C pour ne pas dénaturer les produits.

Le crudivorisme, aussi appelé raw-food, est quant à lui un régime alimentaire cru, sans aucun produit d’origine animale.

La cuisine crue, en pratique

Des légumes et des fruits à toutes les sauces !

Dans la cuisine crue, les végétaux sont mis à l’honneur. Les fruits bien sûr, mais également les légumes qui seront consommés en jus, en salade, en accompagnement du plat mais aussi en dessert. Certains légumes seront en effet utilisés dans les recettes sucrées, à la place du beurre par exemple. En grande surface, ou mieux encore chez votre primeur ou votre magasin bio, faites donc le plein de légumes. Et si vous avez un producteur près de chez vous, c’est encore mieux !

Des graines germées

Les céréales et les légumineuses, puisqu’elles ne peuvent pas être cuites, devront être germées pour être consommées crues. Pour ce faire, il suffit de déposer une poignée de lentilles, de pois verts, de quinoa, d’avoine, de maïs, de seigle, de blé tendre, de tournesol ou de pois chiches par exemple au fond d’un bocal de verre. Puis on remplit ce dernier à moitié d’eau et on le ferme grâce à une compresse et un élastique. Après quelques jours, les graines germent et peuvent être intégrées dans les salades.

Des graines de légumes en tout genre sont aussi commercialisées pour être germées ; radis, brocoli, salade, cresson, chou rouge, poireau, épinards et même ail, basilic et oignon.

Le processus de germination augmente la valeur nutritive des végétaux. Résultat : les graines germées, sont riches en minéraux, vitamines, protéines, enzymes, acides gras essentiels et acides aminés. Elles décrochent haut la main la première place des aliments santé !

De la viande et du poisson cru

La viande, de même que les produits de la mer comme le poisson, les coquillages et les crustacés (Saint Jacques, langoustines et couteaux par exemple) seront préparés en tartare, en carpaccio ou en ceviche (marinade à base de citron vert). Veillez bien entendu à choisir des produits frais et de qualité pour éviter toute intoxication. Les oeufs, puisqu’ils ne peuvent être cuits, seront souvent remplacés par de l’avocat dans les recettes comme dans celle de la mousse au chocolat par exemple.

Assaisonner à volonté !

Dans la cuisine crue, toutes les épices, les herbes et les aromates ont leur place. On en use et on en abuse ! On agrémente aussi volontiers ses repas de fruits secs (abricots, pruneaux, figues, dattes, etc.), de baies (cranberries, baies de goji), de fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes, noix de cajou, etc.), de vinaigre, de citron, d’huile végétale de bonne qualité (noix, noisette, avocat, olive, sésame, pépins de raisin) mais aussi de miel et de sirop d’agave par exemple pour les recette sucrées.

Bien s’équiper

Manger cru c’est aussi se nourrir de nombreux jus de légumes frais, des jus de fruits maison mais aussi des smoothies et des fruits et des légumes séchés en guise de collation par exemple ou pour agrémenter les salades.

Pour cela, il est nécessaire d’investir dans des appareils comme un blender, un extracteur de jus et/ou un déshydrateur, sorte de four à basse température, qui extrait l’eau des aliments et augmente leur temps de conservation. Le germoir fait aussi partie de l’attirail indispensable des adeptes de la cuisine vivante.

Claire-Aurore Doray , le 13/03/2018

source:https://www.cuisineaz.com/articles/comment-se-mettre-a-la-cuisine-crue-1973.aspx

Publicités