Le Capri-Sun, une bombe sucrée qui plaît aux enfants

XVMe4cc5f56-6b43-11e8-a29c-8a8053c751ab

Nutrition

Présenté comme une «délicieuse boisson aux jus de fruits et à l’eau minérale», ce soda est en réalité loin d’être irréprochable sur le plan nutritionnel.

Récemment popularisé par plusieurs clips de rap sur internet, le Capri-Sun est une boisson très à la mode auprès des jeunes. En 2016, plus de 200 millions de ces petites gourdes souples se sont vendues en France, selon l’Institut Nielson. Un chiffre qui, comme le rapportait LCI jeudi, a bondi de 20% en 2017. Bref, tout roule pour ce produit commercialisé par Coca-Cola European Partners qui existe depuis près de 50 ans. Mais derrière son image de produit sain et équilibré, ce soda est en fait une véritable bombe sucrée, comme le dénonce l’association FoodWatch sur son site.

Alors que l’emballage et les spots publicitaires parlent d’une «délicieuse boisson aux jus de fruits et à l’eau minérale», une poche de Capri-Sun contient en réalité 19 grammes de sucre, soit l’équivalent de trois morceaux de sucre. Une quantité qui représente plus de 20% des apports journaliers recommandés en sucre…chez l’adulte, comme le déplore FoodWatch. L’Organisation mondiale de la santé recommande quant à elle de réduire son apport en sucres à 25 grammes par jour pour limiter le risque de surpoids, d’obésité et de carie dentaire. Par comparaison, à volume égal, le Coca-Cola contient 21 grammes de sucre. Et oui: Capri-Sun est aussi sucrée que la boisson préférée des Américains.

Qu’en est-il de la teneur en fruits de la boisson? Alors que son emballage montre sept fruits différents, la part de jus de fruits ne représente que 12% de son volume. Et il ne s’agit pas de fruits frais mais de jus à base de concentré. Un procédé industriel qui fait perdre vitamines et fibres, qui sont pourtant bonnes pour la santé. Ne reste donc que des sucres concentrés, à assimilation rapide, qui font grimper la glycémie.

» LIRE AUSSI – L’industrie agroalimentaire, une accro du sucre
«Champion du marketing mensonger»

Pour dénoncer les procédés marketing qui visent directement les enfants, Foodwatch a lancé une pétition en juin 2017, signée par plus de 47.000 personnes. «Avec les enfants, la marque américaine qui distribue Capri-Sun en France sait s’y prendre: elle utilise des personnages parfois issus de films plébiscités par les petits comme ’Rio 2’ pour rendre sa pochette plus ludique», souligne l’association. Et d’ajouter: «Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce type de produit trop sucré ne devrait même pas être autorisé à faire du marketing auprès des plus jeunes. Ça suffit!». Elle qualifie le produit «champion du marketing mensonger».

Dans ses dernières recommandations élaborées en 2016, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelait que «les sucres, plus particulièrement sous forme liquide (sodas, nectars, jus de fruits à base de concentrés, jus de fruits frais, smoothies, etc.) contribuent à la prise de poids». Avec à la clé un risque accru de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et certains cancers.

source:http://sante.lefigaro.fr/article/le-capri-sun-une-bombe-sucree-qui-plait-aux-enfants/

Publicités