Méfiance accrue envers les médicaments génériques

MEDICAMENTS

La part des Français qui refusent la substitution systématique d’un médicament princeps par un générique a augmenté de 5 points en un an, mais reste minoritaire, selon un sondage Ifop.

La cote des génériques est à la baisse auprès du grand public. Alors qu’ils étaient encore 62% en 2011 à accepter systématiquement la substitution d’un médicament d’origine, les Français ne sont plus que 57% à se dire prêt à l’accepter cette année, selon le sondage Ifop publié lundi pour le groupe de pharmaciens PHR. Ils sont également plus réservés quant à l’efficacité des génériques, 72% la jugeant similaire à celle des médicaments d’origine, contre 77% en 2011.

Quant à la perception de la sécurité des génériques, elle baisse de 10 points, avec 61% des Français se déclarant convaincus que ces médicaments sont «aussi sûrs» que les médicaments d’origine, contre 71% en 2011. Invités à donner leur avis sur le site du figaro.fr en février dernier, les internautes avaient été 48,78% à accorder leur confiance aux génériques.

Les personnes interrogées sont également très critiques vis-à-vis de la loi de 2006 qui a supprimé le tiers payant en cas de refus du remplacement des médicaments princeps par des génériques par le pharmacien. Pour 46% d’entre elles, cette mesure porte atteinte à leur liberté. Les personnes âgées de 35 à 49 ans sont même majoritaires (51%) à remettre en cause cette mesure, strictement appliquée depuis le 1er juillet 2012.

Publicités