L’Angleterre veut interdire la vente de boissons énergisantes aux enfants

Le gouvernement britannique souhaite interdire la vente des boissons énergisantes aux plus jeunes, en raison de leurs concentrations importantes en caféine, taurine et sucres.

Red Bull, Monster, Burn, Dark Dog… Peu chères et populaires, les boissons énergisantes rencontrent un franc succès chez les enfants et les adolescents. Mais elles contiennent une dose importante de taurine, de caféine et de sucre, des substances qui ne sont pas sans danger pour la santé. C’est pourquoi le gouvernement britannique souhaite interdire la vente de boissons énergisantes aux enfants et adolescents. Il lance une consultation publique, qui aura pour but de déterminer si l’interdiction doit s’appliquer aux adolescents de moins de 16 ans ou de moins de 18 ans.

Outre-Manche, plusieurs distributeurs interdisent déjà la vente de ces produits aux enfants de moins de 16 ans mais le gouvernement prévoit que tous les détaillants suivent le pas, afin de lutter contre l’obésité infantile et les problèmes de santé associés à leur consommation. L’interdiction ne vise que l’Angleterre; les autres nations constitutives du Royaume-Uni, l’Écosse, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles, ayant la compétence de légiférer de leur côté dans ce domaine. Elle porterait sur les boissons contenant plus de 150 mg de caféine par litre. Un seuil largement dépassé par la plupart de ces breuvages, dont une canette de 250 ml contient environ 80 mg de caféine – soit l’équivalent de trois canettes de coca. En moyenne, elles contiennent 60% de calories en plus et 65% de sucre en plus qu’un soda standard, selon des chiffres cités par le gouvernement.
Troubles cardiaques et neurologiques

La consommation de ces boissons est aussi un sujet de préoccupation en France. En 2013, l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation (Anses) a déjà tiré la sonnette d’alarme. On observe parmi les effets indésirables liés à ces sodas, des symptômes «essentiellement cardiovasculaires (sensations d’oppression ou de douleurs thoraciques, tachycardie, hypertension, troubles du rythme allant jusqu’à l’arrêt cardiaque…), psycho-comportementaux ou neurologiques (irritabilité, nervosité, anxiété, voire crises de panique, hallucinations, épilepsie)».

Ils sont notamment dus à l’action excitante de la caféine qui accélère les battements du cœur. À petites doses, son effet énergisant est bien connu. Mais si l’on en consomme trop, des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître. Quant à la taurine (acide aminé qu’on trouve dans la bile du taureau) et au glucuronolactone (le sucre contenu dans ces boissons), on ne connaît pas encore bien leurs effets, mais ces substances sont suspectées d’être toxiques pour les neurones et les reins.
Troubles cardiaques et neurologiques

La consommation de ces boissons est aussi un sujet de préoccupation en France. En 2013, l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation (Anses) a déjà tiré la sonnette d’alarme. On observe parmi les effets indésirables liés à ces sodas, des symptômes «essentiellement cardiovasculaires (sensations d’oppression ou de douleurs thoraciques, tachycardie, hypertension, troubles du rythme allant jusqu’à l’arrêt cardiaque…), psycho-comportementaux ou neurologiques (irritabilité, nervosité, anxiété, voire crises de panique, hallucinations, épilepsie)».

Ils sont notamment dus à l’action excitante de la caféine qui accélère les battements du cœur. À petites doses, son effet énergisant est bien connu. Mais si l’on en consomme trop, des troubles du rythme cardiaque peuvent apparaître. Quant à la taurine (acide aminé qu’on trouve dans la bile du taureau) et au glucuronolactone (le sucre contenu dans ces boissons), on ne connaît pas encore bien leurs effets, mais ces substances sont suspectées d’être toxiques pour les neurones et les reins.

» LIRE AUSSI – Quelle dose de caféine par jour ne faut-il pas dépasser?
Ne pas mélanger à l’alcool

Environ 32 % des consommateurs de boissons énergisantes les boivent lors d’occasions festives (bars, discothèques, concerts, etc.), et 16 % en mélange avec de l’alcool, estime l’ANSES. Or, ces boissons sont soupçonnées de diminuer la perception de l’ivresse, ce qui favoriserait la surestimation de nos aptitudes et les comportements dangereux.

L’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) recommande, de son côté, de ne pas dépasser 400 mg de caféine par jour pour un adulte en bonne santé, et 200 mg par jour chez les femmes enceintes, les adolescents et les cardiaques. Pour les jeunes enfants, la limite est fixée à 3 mg de caféine par kilo de poids corporel. Si l’on pèse 45 kilos, il ne faut donc pas dépasser 135 mg de caféine par jour, ce qui correspond à environ deux canettes de sodas énergisants.
Par Journaliste Figaro AFP agence Sugary Drink Tax

Publicités